Mes mains z’émoi

(ou le jeu de mots pourri du jour).

Mes mains et moi, c’est un peu « Je t’aime moi non plus ».

Il faut dire que gamine et ado, j’ai passé mes nerfs sur mes ongles, au bout de ces grands doigts qui forment mes « tapes à fumier » comme on dit dans certaines régions.
J’ai eu des grandes mains rongées des années, des mains aussi grandes que celles de mon père, en moins épaisses cela dit.

Vers 16 ans, découverte du vernis, premiers beaux bijoux et comme une prise de conscience : il faut faire des efforts.
Ce n’est pas avec les efforts que le stress et l’anxiété s’en vont pour autant, des petites peaux par-ci par-là sont dégommées, mais… mes ongles poussent et ils sont super durs. Ahah ! Ils sont pas fous, je les ai bouffé pendant des années, maintenant ils sont méfiants, ils vont plus se laisser avoir ! M’enfin je n’ai pas encore les mains de Pshiiit, ne nous leurrons pas.

10 ans après cette décision, me « faire les ongles » a deux objectifs :

  • embellir des mains que je ne trouve pas gracieuses, camoufler quelque peu des ongles que je trouve encore trop emprunts de ces années où ils prenaient tout dans la tronche… J’ai trop de blanc, et je sais que cela est dû à ce que je leur ai infligé. Je cherche encore un moyen d’y remédier…
  • Ne pas me bouffer les doigts. Héhé, faut pas croire, se ronger les ongles, c’est comme la clope, t’as beau arrêter, l’envie est toujours là (et se venger sur les peaux, c’est mal !). Du coup, comme bouffer du vernis c’est pas ce qu’il y a de plus ragoutant, et que je ne SUPPORTE PAS le vernis écaillé, je me tiens à carreau.

Du coup je sais bien que je ne fais pas les plus belles manucures du monde, que mes copines râlent parce que mes ongles sont trop longs à leur goût (ouais, mais c’est ce qui sied le mieux à ma mimine, pas faute d’avoir essayé…), mais elles savent faire plein de trucs, et je kiffe mes petits pots de vernis dans leur boite… Et surtout, j’adore quand Mr Kee de mari regarde les mains, mes ongles et me dit « Ah c’est nouveau, j’aime bien c’est joli ».

Y’a décidément pas de petites victoires dans la vie.

Publicités

Vieux rose à paillettes

L’ouverture de Kiko à Lyon, ç’a un peu été comme un ouf de soulagement.
À nous des petits prix pour une qualité plus que correcte (je pensais l’avoir trouvé chez ELF, il y a longtemps, mais bon, tout le monde fait des erreurs).
J’ai donc fait mes emplettes dernièrement et jeté mon dévolu sur plusieurs flacons : 337 Perwincle Violet que j’aime d’amour, le noir 275, un transparent pour tester le Franken, le  271 parce qu’il faut des paillettes quand même et donc le 318 light mauve …

Vernis à J+2

Lire la suite